Journée nationale du patrimoine géologique marocain: "Le Maroc est le paradis des géologues" (ENTRETIEN)

  Huffpostmaghreb  Actualité    21 Ajouté le: 14/11/17

  PATRIMOINE - Ce mardi 14 novembre, à la Bibliothèque Nationale du royaume du Maroc à Rabat, experts en géologie, universitaires, personnalités du monde associatif et étudiants se sont réunis pour la toute première journée nationale dédiée à la protection du patrimoine géologique du Maroc, potentiel levier de développement durable de certaines régions du royaume. Cette journée organisée conjointement par le Ministère de l'Energie, des Mines et du Développement Durable et l'Association pour la Protection du Patrimoine Géologique (APPGM) a réuni les participants autour de débats consacrés à la problématique du patrimoine géologique marocain et de l'urgence de la création d'un processus permettant de le préserver. Le Maroc, qualifié de "paradis des géologues" jouit d'une extrême diversité de paysages et d'une richesse des sols qui permettent une lecture aisée de son histoire géologique. Cependant, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme: si les ressources sont inépuisables, le patrimoine n'est en revanche pas renouvelable et est exposé à de nombreuses fragilités. Abderrahim El Hafidi, secrétaire général du ministère de l'Energie, des Mines et du Développement Durable, a souligné dans un discours lu au nom du ministre Aziz Rabbah, l'importance de la prise de conscience sans cesse grandissante quant à l'importance du patrimoine géologique du Maroc et a salué au passage toutes les perspectives dans ce domaine qui s'inscrivent dans une vision de développement durable et de protection de l'environnement. "Conscient de la richesse et de la diversité de ce patrimoine, composante fondamentale de l'attractivité géologique et géo-touristique du Maroc, le ministère a inscrit parmi ses objectifs la nécessité de le protéger, de le conserver et de lui assurer une gestion judicieuse et une promotion tant à l'échelle nationale qu'internationale", a-t-il ajouté. Pour évoquer l'urgence qui consiste à identifier et valoriser ce patrimoine national du point de vue des techniques de conservation, mais aussi de ses fonctions dans l'écosystème culturel, paléontologique et anthropologique du Maroc, nous avons rencontré Abdeljalil El Hassani Sbai, président délégué de l'APPGM. HuffPost Maroc: En quoi vous semble-t-il primordial de préserver le patrimoine géologique marocain ? Abdeljalil El Hassani Sbai: Tout patrimoine mérite d’être protégé, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un patrimoine partagé non seulement par les Marocains mais aussi par les habitants de la terre entière. Le Maroc a cette chance d’avoir des sous-sol extrêmement riches et variés, il est de notre devoir de les préserver pour les léguer à la jeunesse qui représente l'avenir. Notre responsabilité en tant qu’être humain sur terre aujourd’hui c’est de tirer la sonnette d’alarme car il y a une pression sur ce patrimoine, un danger auquel il est exposé et qu'il nous appartient de dénoncer. Il faut que nous fassions tout notre possible pour conjuguer les efforts de différents protagonistes, afin de mettre en place un dispositif de préservation et de valorisation concerté et efficace. Vous défendez le Maroc comme étant "le Paradis des géologues". Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour consacrer une journée nationale du patrimoine géologique marocain? Très bonne question... L’APPG existe depuis 17 ans, nous avons travaillé très dur au sein de l'association pour faire un énorme travail de fond qui aboutit à des initiatives durables comme la journée d’aujourd’hui. Vous savez, à l’échelle du temps de la géologie qui se mesure en centaine de millions d’années, 17 ans ce n’est rien du tout. Plus concrètement, nous avons fait beaucoup de communication et de partenariats avec des sites de fouilles et des géosites intéressants. Nous avons tout fait pour la création du Géoparc du Mgoun, dans le Haut-Atlas central, connu pour sa préservation du patrimoine géologique naturel et du paysage faunistique. Ce lieu fantastique a reçu un label de l’Unesco en 2014 qui devrait d'ailleurs être renouvelé. C’est un très bon outil de préservation du patrimoine, auquel s'ajoutent aussi les musées d'Azilal et de Tazouda et le géosite de Fezouata.A-t-il été difficile de trouver des soutiens pour organiser une telle journée? C’est un peu difficile lorsque les gens ne connaissent pas la portée des enjeux et la portée d’un tel évènement. Je dois dire que notre principal soutien est Managem, une entreprise minière. J’en profite pour rebondir sur la question d’un monsieur dans l'auditoire qui souhaite la création d’une taxe. Managem finance une association qui œuvre pour le patrimoine géologique, c’est une façon pour eux de payer cette taxe puisqu’ils contribuent financièrement. D'autre part, nous avons aussi un soutien de l'Etat qui a fini par prendre conscience des dangers auquel est exposé notre patrimoine.Revenons sur l'affaire du squelette de Plésiosaure marin retiré de la vente aux enchères de l'hôtel Drouot. Est-ce qu'il a fallu attendre cette polémique pour déclencher une prise de conscience et une nécessité urgente de préserver le patrimoine marocain? Cet événement signifiait "Attention péril dans la demeure, il faut faire quelque chose !". Nous personnellement à l’association, nous en étions conscients. Mais ça a été un véritable électrochoc au niveau des administrations, des réseaux sociaux, des médias. L'opinion publique et la société civile ont été secoués. C’est une très belle pièce de 66 millions d’années d'une grande valeur et ceux qui ont travaillé dans la filière commerciale de ces fossiles et de ces richesses ont dépensé de l’argent pour reconstituer ce squelette (à 75%). Mais il a a été trouvé au Maroc, c'est un élément important de l'histoire géologique de notre pays. Lorsque la décision de le rapatrier a été prise, on s’est dit qu’il ne fallait pas s’arrêter là, que c'était le début d'un long processus. Nous avons donc capitalisé sur cette polémique qui a été l'élément déclencheur entre autre de cette journée nationale. Comment un squelette d’une telle envergure a pu quitter le territoire sans surveillance ? Ne faut-il pas renforcer les lois et notamment les contrôles douaniers ? Tout le danger et toute la problématique sont là. Il y a un gros problème de réglementation et d'exploitation non-autorisée mais un projet de loi pour lequel nous travaillons et pour lequel nous militons est en cours. Ce sera une loi globale qui tient compte de tous les aspects de la protection du patrimoine avec un volet contrôle et traçabilité qui permet de verrouiller le système et permettre la sortie de pièces qui ont été autorisées au préalable et extraites de manières rationnelle et contrôlée. Le ministère a placé la protection des zones d’intérêt géologiques dans ses priorités et fera usage de l'article 116 de la nouvelle législation minière qui prévoit que l’extraction, la collecte et la commercialisation des spécimens minéralogiques et fossiles et des météorites seront subordonnées à l'octroi d'une autorisation délivrée par l'administration.D’autres pièces ont-elles été sorties de manière illégale du territoire marocain? Bien sûr, ce n’est pas du tout à exclure, c’est très courant même. Et c’est notre plus grande crainte, c’est pour cela que nous sommes réunis aujourd’hui, pour parler de ce danger qui constitue une grande perte pour notre patrimoine si on ne sensibilise pas les autorités publiques et la société civile à l’importance de sa préservation ici au Maroc. Il faut doter le pays d'un cadre de protection adapté.LIRE AUSSI: Le Maroc veut rapatrier le squelette d'un dinosaure avant sa vente aux enchères en FranceLe Maroc obtient l'annulation de la vente aux enchères d'un fossile vieux de 66 millions d'annéesUne nouvelle ère géologique a été découverte dans l'anti-AtlasPour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost Maroc, cliquez iciChaque jour, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost MarocRetrouvez-nous sur notre page FacebookSuivez notre fil Twitter Lire la suite »

Journée nationale du patrimoine géologique marocain: "Le Maroc est le paradis des géologues" (ENTRETIEN) - Directe.ma

Articles de la même source

Directe.ma - L'information directe.